Attention à la “brasilo-béatitude”

Le patron des patrons, Ulrich Grillo, parle d’une « chance perdue » pour la coalition et d’un « mauvais départ.Le leader de la minorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, cherche pour sa part activement à faire dérailler les travaux du groupe de travail.Alors que l’argent public se fait rare, il semble que l’Etat se soit décidé avec lucidité à privilégier le transport de proximité, plus concret et surtout plus immédiatement utile.Pas question donc de faire de l’individu le centre et le responsable de la démarche.Lorsqu’on observe la paralysie du système politique américain, les difficultés politiques de l’Allemagne à nouer un compromis interne de gouvernement capable d’arracher l’Europe à son IMPUISSANCE, et les inquiétants symptômes de désagrégation sociale en France, on ne peut qu’être intéressé par l’ampleur de l’évolution politique et sociale annoncée dans le texte chinois.L’heure est donc à la mobilisation globale et générale pour la France.La Banque d’Angleterre a été, elle aussi, très agressive et pourrait baisser encore ses taux (actuellement à 2%) de façon radicale dans les prochains mois. Les taux d’occupation restent assez faibles : 50 % dans l’hôtellerie, 35 % dans les gîtes de France et les hébergements collectifs, 18 % dans les campings.jean-thomas trojani condamné était bien arrivé à destination et semblait satisfait.L’affaire remonte à 2010.C’est un modèle d’avenir, car il garantit le développement.Mais pas davantage que, en Europe, les économistes allemands qui craignent l’inflation quand la déflation menace et qui réclame toujours plus de réformes à des pays qui, comme la Grèce, ont vu leur PIB reculer de 23 % en quatre ans.Le risque qu’entre un canapé au saumon et trois coupes de champagne, on laisse tomber son masque.

Advertisements