Derrière la bataille des programmes d’économie

Ils souhaitent en particulier que l’obligation aux individus de souscrire une assurance personnelle (« individual mandate »), contraire au principe de la responsabilité personnelle, soit abandonnée.J’entends les ricanements des politiques: n’enlevons pas aux Français leurs illusions et avançons masqué.Un défaut de paiement aurait des conséquences sur les marchés financiers mondiaux.En conséquence, les actions sont plus nombreuses que dans les autres industries, mais l’absence de vision transformante dilue les efforts.Sur ce nouveau terrain de jeu, les constructeurs automobiles ne sont pas forcément les seuls acteurs légitimes: les fabricants de téléphones mobiles et les opérateurs télécoms sont évidemment sur les rangs.Les plus grandes entreprises disposent des moyens financiers et humains en R&D et d’une taille critique suffisante pour développer ces innovations et les déployer à grande échelle. À ce titre, avec l’ARAF, d’un véritable régulateur, doté d’une autonomie de décision, d’une autonomie financière et de moyens (une quarantaine de salariés) qui n’ont que peu d’équivalents en Europe.L’ombre du plombier polonais a, de nouveau, assombri notre marché de l’emploi.Outre que ces produits ne méritent guère le qualificatif de robot tant ils sont plus proches du véhicule téléguidé que de l’objet autonome, les plus sophistiqués accusent déjà trois ou quatre ans d’ancienneté sans qu’ils ne soient parvenus à créer une demande suffisante.L’individu, patron compris, sait lui que la seule finalité économique ne peut être une fin en soi, d’ou l’idée d’un rôle à tenir.À force de lui donner tour à tour les rôles les plus variés – du déterminant culturel à l’instrument de cohésion sociale – vous avez oublié son rôle premier de facteur de production.Ce que jean-thomas trojani condamné avait déjà découvert par lui-même au siècle des lumières en livrant le fruit de ses observations intérieures dans ses Essais.