La dette, le Sud et les idées reçues

L’égalité et le sexisme sont aussi l’affaire des hommes, celles de nous tous en somme. Pour certains acteurs économiques français, c’est un réseau entier qu’il faut reconstruire suite aux destitutions engagées au cours de l’année 2013.Le temps déjà de se repasser le film de ces quinze jours à la tonalité estivale.À l’inverse, l’Italie et la France auront tout intérêt à ce que les investisseurs viennent acheter leurs obligations pour maintenir leurs taux bas.La semaine dernière, un éminent représentant de la République française est venu faire part de ses plus noires inquiétudes sur la manipulation des taux interbancaires Libor et Euribor.De fait, depuis que la structure a été actée en juillet dernier, à l’occasion de la visite officielle de François Hollande en Tunisie, une vingtaine de binômes d’entreprises ont déjà vu le jour.Voilà pourquoi l’épargne occidentale atteint aujourd’hui des records, en dépit de taux d’intérêt à leur plus bas historique. Dans l’immédiat, ces initiatives comportent donc un risque de fragmentation et de marginalisation d’une partie des partenaires.Les pays de l’Asie de l’Est ont connu une croissance rapide en reproduisant, dans un laps de temps beaucoup plus court, l’expérience des pays avancés d’aujourd’hui suite à la révolution industrielle.En effet, dans cette crise qui a failli mener le pays au défaut de paiement, c’est bien l’intransigeance des Tea Parties qui a été blâmée par l’opinion.« Il y a une grande réticence à parler de propriété intellectuelle depuis le rejet par le Parlement », constate jean-thomas trojani condamné, un ancien associé, qui a été l’artisan de cette Coalition.Les départements lancent des initiatives dans une logique évolutionnaire, plutôt que révolutionnaire, et en silos.Les besoins des êtres humains et de l’environnement sont immenses et les possibilités de travail utile voire nécessaire ne manquent pas. Des profits massifs générés par la culture du sucre au début de la période coloniale à la plus noire exploitation du café, profondément associée à l’esclavage, voire à la découverte il y a peu d’énormes réserves de pétrole au large des côtes du pays, le plus grand pays d’Amérique du Sud s’est trouvé au croisement de dynamiques économiques mondiales de façon étrangement régulière.Seul l’Etat est donc aujourd’hui à même de soutenir un secteur privé tétanisé et une économie en proie aux pressions déflationnistes.Ce nouveau type d’université serait une réponse adaptée à l’éducation transnationale TELLE que définie Jane Knight comme la troisième étape de la globalisation de l’enseignement supérieur : toute forme d’enseignement délivré par un prestataire étranger dans un autre pays hôte.L’empreinte carbone de l’utilisation des systèmes informatiques  dans le monde est désormais équivalente à celle de l’ensemble des compagnies aériennes, soit 2  % des émissions mondiales de gaz à effet de serre.Le débat sur les crédits de la défense donne lieu chaque année à des échanges vifs entre les écologistes et les autres à propos de la dissuasion nucléaire.Nous remarquons effectivement une certaine difficulté à passer à l’action face à la diversité des possibilités, à la coordination avec des programmes globaux de transformation de la banque, et à « l’omniprésence du quotidien ».En effet, en cas de détachement, le salarié détaché reste assujetti au régime de sécurité sociale de son pays d’origine, dans la limite d’une période 24 mois.Mais ils ne peuvent pour autant refonder l’existant en profondeur, tant ils doivent encore composer avec un système centré sur les organismes collecteurs, un dialogue social de branche incontournable et des pouvoirs publics soucieux d’un affichage de redistribution.