Dette privée, dette publique

Ces raisons ne tiennent pas à la situation actuelle du pays.La question qu’il convient de se poser n’est donc pas comment faut-il protéger le «pauvre» salarié inconscient faible et fragile des TIC mais comment ces outils peuvent lui permettre de mieux s’organiser et comment l’entreprise peut gagner en efficacité et en créativité en observant une évidence : ce même salarié est aussi un citoyen qui dans son usage quotidien sait parfaitement tirer profit de ces outils.Un amalgame et inefficace de mandats enchevêtrésNon seulement plus de 190 pays appartiennent désormais Nations Unies, mais les institutions internationales publiquement financées se sont par ailleurs multipliées, l’ensemble des institutions multilatérales ayant perduré depuis la Seconde Guerre mondiale.De même en AfriqueL’histoire est similaire en Afrique.De telles mesures affectent le quotidien des relations économiques entre la France et la Chine, alors que de nombreuses joint-ventures associent grandes entreprises françaises et groupes d’État chinois, et que de bonnes relations avec les autorités publiques demeurent primordiales pour accéder au marché ou s’y développer.Chacun y va de sa théorie, convaincu d’en connaître les causes et les remèdes et accusant le camp d’en face de n’y rien comprendre.Il serait temps de mettre fin à cette mascarade et de reconnaître les dégâts qu’on suscité de telles politiques depuis de nombreuses années, et d’en tirer toutes les leçons.Investissement massif dans les bibliothèques, les moyens techniques des laboratoires, les heures d’assistanat de recherche, voilà qui valoriserait ceux qui, à l’intérieur du système ont le plus de potentiel.La conservation se fait désormais à travers le temps et l’espace. « Nous sommes des nains sur des épaules de géants » : le beau mot de Antonio Fioricerne la mission de sauvegarde d’un patrimoine artistique pour les générations futures. Les loisirs procurent peu de détente et de satisfaction dès lors qu’ils mobilisent trop peu d’intérêt.Autrement dit, pour réduire durablement le chômage dans un contexte de croissance faible, on peut s’interroger s’il ne faudrait pas choisir entre une monnaie forte, un salaire minimum élevé et un taux de prélèvements obligatoires élevé ?

La complication peut provenir du fait que la France est probablement le seul grand pays qui affiche les trois en même temps.

Advertisements