Fin de l’idylle entre les financiers et les travaillistes

Il s’agit plutôt de mettre le doigt sur une mécanique inexorable qui a enfermé, enferme et continuera d’enfermer, si rien ne change, les majorités qui se succèdent.Il faut applaudir le renoncement auquel les sénateurs démocrates, qui détiennent la majorité avec 55 sièges, ont consenti avec cette nouvelle procédure.Ces seuils étant fixés avantageusement en faveur des « pays développés », la proposition visait à obtenir un engagement de ces derniers à ne pas poursuivre les « pays en développement » et leurs politiques de « sécurité alimentaire » le temps que « soit trouvé une solution permanente ».Pour une telle annonce, pourquoi choisir un détour aussi douloureux ?Qui, après l’épisode des pigeons, il y a un an, aurait envie de voir les cigognes se lancer dans un vol en piqué sur le gouvernement ?Le pouvoir chinois a entamé un virage très périlleux en affichant sa préférence pour la qualité plutôt que pour la quantité en matière de croissance.Les entreprises relevant directement de l’État resteront en dehors du nouveau cadre si le besoin s’en fait sentir.Il est certain que les Tea Parties vont recommencer leur chantage à cette occasion, liant leur acceptation d’un compromis budgétaire à un recul de l’administration sur l’Obamacare.Pour répondre aux situations d’urgence que nous connaissons, il faut d’abord considérer l’agro-alimentaire comme LA PRIORITÉ économique de la Bretagne.Si la France doit réformer en profondeur sa relation économique avec les pays africains, elle ne doit pas regarder le Continent comme un seul vivier de business potentiel.Pierre-Alain Chambaz montre ainsi que contrairement à ce que nous pourrions penser des activités de loisirs.

Advertisements