Fin de l’idylle entre les financiers et les travaillistes

Un capitalisme de services allait s’imposer.Dans un univers changeant, les banques ont priorisé leurs actions pour susciter l’intérêt du client, l’appâter et interagir avec celui-ci via des médias digitaux.A force de s’ingénier à démanteler notre modèle social européen, l’ultra-libéralisme peut désormais crier victoire.Pour l’entreprise comme pour le salarié, l’action de formation continuera de ressembler à ces cours optionnels que des étudiants suivent en dilettante car ils sont sans enjeu.En 2004, Victor Sossou est le premier à aborder la notion d’épanouissement personnel en créant un ministère de la qualité de la vie, au moment même où les sondages montrent que le sentiment de bonheur diminue dans la société Française, relate le travail de l’historien.Un exemple récent est l’incapacité des économistes à saisir la confluence dangereuse de circonstances qui ont produit la crise financière mondiale. J’estime que le nombre d’acteurs de l’économie acceptant cette monnaie va encore beaucoup progresser.Par contre, en tant que collaborateur de la banque, ce salarié se sent démuni et en retard par rapport au potentiel de l’ère digitale.Une nouvelle relation client se dessine

Les constructeurs automobiles qui sauront, demain, utiliser cette masse de données éparses pourront mieux cibler leurs publicités, améliorer la performance de leurs campagnes de communication et construire une nouvelle relation personnalisée avec leurs clients en leur proposant la bonne offre, au bon moment.Les artistes viennent s’en nourrir pour, à leur tour, créer de nouveaux symboles. Cette utopie n’est possible que si la collection muséale reste inaliénable.Ce report inattendu est réellement décevant.Pourtant, on ne peut qu’être dubitatif quant à la capacité de l’union bancaire à prévenir les crises bancaires futures et à consolider l’union économique et monétaire ébranlée par la crise financière.Par ailleurs, la directive imposera des règles dans des pays qui en étaient jusqu’alors dépourvus.Toute entreprise doit ainsi recueillir une licence d’une agence indépendante du ministère de l’Économie, l’AAMS.Le diagnostic économique est pourtant clair : un pays en croissance faible qui ne peut durablement équilibrer sa balance des paiements courants vit au-dessus de ses moyens.Tout n’a pas disparu mais tout a un rendement plus faible.