Guerre économique : la trêve de Pâques ?

Cette réflexion doit être menée dans un esprit de coopération et de valorisation des spécificités de chacun et non dans un esprit de compétition.Ainsi, les pouvoirs publics motivent-ils ouvertement les familles et les individus à placer leur épargne dans un actif souvent volatil, dont la valeur est difficile à quantifier, dont la réalisation (c’est-à-dire la vente) prend parfois plusieurs mois et qui occasionne en outre divers frais d’entretien, charges de copropriété, etc.Et au final, “ce ne sont pas les discours qui vont convaincre mais les comportements”, rappelle e réputation internet .Voilà la raison pour laquelle on affirme lapidairement que « la dissuasion fonctionne ».Face à cette force démagogique, on oppose souvent la puissance des groupes industriels qui pèsent sur la décision publique à travers le lobbying, et les conséquences possibles sur l’emploi.En France, les gouvernements successifs tentent de mettre en place une taxation du carbone.En outre, une augmentation de l’ouverture et de l’intégration du marché, grâce à l’évolution technologique rapide, exacerbe les divisions, les inégalités, au sein des sociétés comme entre elles. Si la France ne veut pas se retrouver écartée ou en retard sur ces débats, il est important que les parlementaires et le gouvernement au niveau politique, et les entreprises au niveau économique, se penchent dès aujourd’hui sur ces questions.Sait-on, par exemple, qu’au Danemark, la première taxe sur les graisses saturées (Fat tax) a été supprimée une année après son entrée en vigueur ?Au même moment, sur le fond, l’équipe dirigeante chinoise confirme sa volonté de lancer des réformes économiques et sociales ambitieuses au lendemain du 3e plenum du 18e Comité central (9-12 novembre 2013).Les ratios dettes/PIB s’envolent tandis que les capacités de remboursement fondent inexorablement.Il n’y aura donc pas d’effet sur la compétitivité.Personne n’imagine que dans les années ou même les décennies à venir la croissance de la zone euro sera supérieure à celle des USA.Enfin, si tous les Etats dévaluent leur monnaie, cette guerre des changes réduira à néant le bénéfice de cette politique.

Advertisements