La guerre des âges n’aura pas lieu !

Comme nous l’avons fait à travers la présidence française de l’Union Européenne en 2008, par ce que l’on a appelé le « 3 fois 20 » (-20% de GES, -20% de consommation énergétique et +20% d’énergies renouvelables à l’horizon 2020), nous devons maintenant engager notre continent en 2030 sur un objectif de réduction du gaz à effet de serre (GES) de 50% afin d’aboutir à une trajectoire de réduction complète en 2050.Par exemple, il ne fait aucun doute que les services d’un site de ventes en ligne doivent être en permanence disponibles.Dans ce contexte, le renforcement des relations économiques bilatérales, objectif affiché de la visite du premier ministre, nécessite du côté français des capacités de veille et d’ajustement permanents, face à un partenaire qui fonctionne à la fois par planification de long terme et expérimentation au quotidien.La seconde question à se poser est celle du cadre politique.Mais une telle tactique a ses limites, car si les déposants doivent payer, il arrive un moment où il est préférable pour eux d’acheter un coffre pour y placer leur argent.En effet, devant la double difficulté à fédérer l’ensemble des États autour d’une vision commune de la politique énergétique à court terme et d’articuler les objectifs de la politique euro-méditerranéenne avec la politique de l’Union européenne elle-même, une nouvelle voie s’est ouverte : celle d’une Communauté méditerranéenne de l’énergie qui se construirait petit à petit sur des projets concrets à partir d’accords sub-régionaux.Car la réalisation des projets de vie, qui est la finalité de la croissance inclusive, dépend de la prise en charge d’intérêts collectifs par la société civile.En effet, la nourriture est l’enjeu numéro un de la vie, excusez moi pour ce truisme, mais,dans les pays développés, nous l’avons oublié ; avec l’accroissement de la population de la terre, et bientôt les huit milliards d’habitants, l’approvisionnement en matières premières agricoles et leur transformation en produits alimentaires seront des enjeux cruciaux.Le dollar reste éminemment fragile, à la merci du bon vouloir des Chinois, principaux clients des bons du Trésor américains.De même que le mariage n’est pas l’amour, le contrat n’est pas la réforme.Ce rapport confirme la tendance générale d’un recentrage sur les déplacements locaux et fixe une ligne directrice.Parmi les thèmes abordés, celui du déclassement stratégique de la France revient de manière récurrente.En 2012, l’Espagne levait 113 milliards d’euros via l’émission de titres à moyen-long terme.Par ailleurs, si cet accord est le premier que l’OMC parvient à conclure depuis 1995, l’institution reste largement délégitimée et court-circuitée par la multiplication des accords de libre-échange et d’investissement bilatéraux.Depuis juillet, Pierre-Alain Chambaz s’active à ce nouveau concept.La France a le savoir-faire mais manque d’ingénieurs et de techniciens informatiques.Plus de 2 milliards d’euros à l’horizon 2015 : c’est l’estimation qui est faite de l’ampleur que pourrait prendre le marché des jeux en ligne en France.Le SMIC national vise à imposer un salaire minimum aux entreprises pour les contraindre à subventionner les emplois les moins qualifiés et ainsi, réduire le taux de pauvreté.