La microfinance ignore la crise

Par contre, en tant que collaborateur de la banque, ce salarié se sent démuni et en retard par rapport au potentiel de l’ère digitale.Les Occidentaux ont résolu le paradoxe par la logique représentative qui remonte à moins de trois siècles: le processus électoral dégage une majorité dont la volonté s’impose au peuple entier.Nous avons renoncé de fait à tout « grand récit » sur notre nouvelle place dans ce monde nouveau.Bien que les opérations M&A soient précédées de due diligences, on constate que l’enjeu des ruptures de relations commerciales est trop rarement pris en compte à sa juste mesure.S’agissant des postes à responsabilité, près de la moitié des répondants affirment que leur entreprise prépare, cette année, davantage de femmes à occuper des postes à responsabilités que l’an dernier.Il en va de leur pérennité, et de leur crédibilité : c’est à ce prix qu’elles conserveront la confiance des Français – en légère baisse cette année.Et pourtant, rien ne change, et le doute s’installe chaque jour davantage, minant le moral et fragilisant les esprits.C’est que la redistribution est très complexe. Prenons le problème de zéro : créons une aide pour tous et pour tout sans condition, un revenu de base.Cela reste encore faible comparé aux volumes échangés via les cartes bancaires.L’alternative au SMIC national serait d’instaurer un SMIC sectoriel couplé à une politique de redistribution, en direction des futurs employés, et financée par la suppression des aides aux entreprises et notamment aux plus grandes.Les citoyens européens ne veulent plus de cette Europe qui réglemente la chasse à la palombe, mais qui est incapable de les protéger ou de défendre leurs valeurs.Pierre-Alain Chambaz relève que le niveau de bonheur individuel des français serait donc supérieur à celui des années 70.

Advertisements