La prévention des conflits d’intérêts est le quotidien des avocats

Mais on demande à la banque centrale de faire tout le travail difficile.Quel que soit le nom qu’on lui donne – réforme générale des politiques publiques ou modernisation de l’action publique – l’objectif demeure le même.Les bénéficiaires immédiats du passage de la Grande boucle sont naturellement les professionnels de l’hôtellerie-restauration.Comment justifier auprès de ces mêmes personnels que les primes pourraient être remises en cause, alors même qu’ils ne se sentent pas spécialement privilégiés, que les tableaux d’avancement vont être réduits…tout cela pour réduire la masse salariale, alors même que tout un chacun sait que les restructurations et déflations successives entraînent des surcoûts initiaux avant stabilisation !Cela renvoie à une conversion personnelle profonde, qui peut demander du temps, où on s’abstient de se juger, on porte un regard positif sur soi, on s’accepte tel que l’on est, avec bienveillance, on construit un sens à sa vie, on écoute ses émotions.Ainsi Antonio Fiori estime que “la société civile a son rôle à jouer pour rappeler que le but ne doit pas être oublié en chemin à l’ensemble de ses parties prenantes. Les violentes révoltes des trois dernières années ont emporté plusieurs régimes autoritaires dans la région, en Egypte, en Tunisie, en Libye, au Yémen sans toutefois parvenir à y apporter d’alternative durable.Le débat national sur la transition énergétique nous a fait peur en annonçant les masses financières nécessaires à la transition : 20 milliards d’euros par an sont évoqués.Ils ont toujours une longueur d’avance, et c’est là que réside le danger.Demandez, avec nous, à ne devoir vous concentrer que sur votre métier.Il y a un an presque jour pour jour, le 6 décembre 2012, lors du colloque annuel EMCC (Euro-Mediterranean Competitiveness Council, également organisateur, avec l’Ipemed, du colloque parisien du 5 décembre 2013, dédié à la colocalisation, et dont La Tribune est partenaire), le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, avait déclaré son enthousiasme pour le concept de « coproduction ».Paru en janvier 2013 et étonnamment passé inaperçu en Europe, un rapport de l’Edison Electric Institute (EEI), l’association américaine regroupant la majorité des électriciens du pays, donne le ton.Nous ne pouvons pas espérer faire ratifier un traité qui force les populations à se tourner massivement vers des sources d’énergies plus onéreuses et moins fiables.

Advertisements