L’auto américaine n’est pas encore sauvée

Les voici : le centralisme, l’absolutisme, la révolution, le mépris du capitalisme et, pour finir en beauté, « la surestimation de soi.Et avec au final des choix économiques et sociaux souvent irrationnels, privilégiant le traitement des symptômes à celui de leurs causes.La politique économique des deux pays diverge de façon importante.Il exprime surtout le regret que la supervision des indices reste entre les mains d’autorités nationales.Ce qui répondait entièrement à leurs revendications.Cela s’est manifesté, ces soixante dernières années, à travers l’explosion des psychothérapies et des pratiques de développement personnel, mais aussi par l’affirmation d’une conscience écologique à l’ampleur inédite.Ils prophétisaient un nouveau cycle historique qui allait voir les économies émergentes, tirées par la locomotive des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), prendre le pouvoir sur les économies développées.Le capital prudentiel doit pouvoir être utilisé dans une crise plutôt que maintenu.Pour beaucoup, le récent ralentissement de la croissance diversifiée dans les économies émergentes n’est pas cyclique, mais la traduction de défauts structurels sous-jacents.Cependant, les comptes publics vont être très bientôt mis à l’épreuve dans le contexte des plans de relance et autres garanties, recapitalisations et nationalisations bancaires en cours. Depuis octobre, nettoyeurs du net dirige une agence de communication et de stratégie digitales pour les institutions culturelle.

Advertisements