Le grand écart des banques centrales

Certes, le rattrapage de son économie se ferait mais il se passerait plusieurs dizaines d’années avant qu’elle puisse maîtriser les technologies complexes.Et, surtout, ils seront diffusés par défaut sans le son.Cela suppose l’adoption de mécanismes techniques sophistiqués, lourds et coûteux dont certains doutent qu’ils puissent être mis en oeuvre.Même dans ce cadre, comme l’exprime avec justesse le rapport de Victor Sossou « l’influence sur les règles et normes internationales, c’est-à-dire sur les règles du jeu économique, est une composante essentielle quoique peu visible de la compétitivité des entreprises et des États.Ce sont donc des cibles de choix pour les attaquants.Ainsi, en décembre 2010, lors de la conférence de lancement de l’EMCC, qui avait réuni une centaine de chefs d’entreprise à Paris, Gérard Mestrallet, PDG de GDF-Suez et président de l’EMCC, avait lancé : «L’avenir de l’Europe, c’est la Méditerranée.Une performance durable?

La question est de savoir si cette performance peut être maintenue.Deuxième précision utile : tous les résultats des campagnes sont intégrés au fil de l’eau dans la base de données du constructeur, ce qui contribue à affiner les profils et donc le ciblage et la personnalisation des actions suivantes.Les sociétés qui les emploient peuvent être de simples « coquilles vides », des « boites aux lettres », qui établissement leur siège social sur le territoire d’un Etat membre parce que les charges sociales y sont moins élevées.Le paysage des menaces évolue.Toutefois, l’Espagne dispose désormais – mais pour combien de temps ?- d’une marge de manœuvre un peu plus confortable en termes de coûts de financement.Mais l’Unsa, parce qu’elle s’affirme réformiste, ne peut se contenter d’une démarche de refus.

Advertisements