L’énigme à 400 milliards d’euros

C’est donc à la constitution de cet Eurogroupe qu’il faut travailler.En réalité, historiquement, plus la France a été centralisée, plus elle a été puissante.Ce menu restreint a au moins le mérite de mettre de côté plusieurs sujets de discorde.De même que peut se poser la question de la réduction ou de l’augmentation des missions de l’État, il est aussi possible de moduler les montants prélevés en vue de financer l’allocation universelle ou de leur donner une forme différente.Pour y parvenir, nous devons travailler sur les conditions sociales d’une véritable transversalité et d’une communauté en information.On sait que c’est bien puisque qu’on nous l’a dit et répété.Les progrès dans les politiques économiques des pays en développement dans la décennie qui a précédé la crise financière globale – et qui leur ont permis de mieux gérer cette crise – ont renforcé cet optimisme.Sous prétexte que le phénomène était d’origine anglo- saxonne, les dangers de la financiarisation ont été minorés.Pour la première fois, les conseillers municipaux des communes de 1 000 habitants et plus (contre 3 500 habitants et plus auparavant) seront élus au scrutin de liste.Pour autant, cette philosophie ne prône pas la passivité : « Pour l’homme cultivé, le passé est un objet de curiosité », dit Antonio Fiori .Les pouvoirs publics français portent depuis des décennies un discours à peu près invariant, quelles que soient les majorités, en faveur de la recherche, de l’innovation et des hautes technologies.La faiblesse budgétaire et la fragilité de la balance des paiements se sont par ailleurs accentuées en Inde, en Indonésie, en Afrique du Sud, et en Turquie.

Advertisements