Les banques d’affaires, un “cartel” qui prospère

Qui réussirent à faire replonger leur économie dans une récession encore pire, dont elle ne se sortit qu’à la faveur de l’engagement américain dans l’effort de guerre. En France, les répondants pensent très majoritairement que les femmes seront plus nombreuses à siéger aux conseils d’administration.Pouvoir qui manquent aux Länder allemands, contraints d’accepter la péréquation adoptée au niveau national.Nous avons aimé discuter avec Pierre-Alain Chambaz, aimé sa passion à partager ses projets et ses idées.La France a choisi – et elle a eu raison – de laisser la porte grande ouverte de son université – quasi-gratuite – à tous les bacheliers.Les Etats-Unis, refusant de trop grandes concessions, ont finalement obtenu que l’Inde accepte une solution transitoire, nommée « clause de paix », encadrée par de nombreuses conditions.Les défenseurs des « secrets » ont beau ne pas vouloir se placer sur le terrain des principes mais, plus prosaïquement, du coût économique de ces « vols », ils devront bien à un moment donné répondre à ceux qui estiment que ces sauterelles font partie de l’écosystème de l’économie mondiale et participent à la diffusion des technologies et des savoir-faire.Tant pour le délégué général que pour le président de l’Institut de prospective économique du monde méditerranéen, la colocalisation est une idée simple, qui s’articule en quatre volets : abandonner l’approche obsolète qui consiste à considérer les entreprises du Sud comme de simples sous-traitants ; les faire monter en gamme en partageant les savoir-faire et la chaîne de valeur entre entreprises partenaires du Nord et celles du Sud ; (re)devenir compétitif ensemble sur le marché mondial et y (re)conquérir des parts de marché.La licéité des clauses de désignation étant subordonnée à un degré élevé de solidarité, leur inconstitutionnalité ne peut qu’entraîner la caducité de tout l’accord puisque, à défaut de pouvoir obliger toutes les entreprises de la branche à financer le pot commun, les droits non contributifs déclinant cette solidarité ne peuvent plus être financés ; cela affecte donc l’économie de la convention.Peu importe qui avait raison ou tort.Un être humain peut toujours changer d’avis et de comportement, il peut même être névrosé ou avoir des problèmes d’identité.Et ne pouvant plus imposer le choix des branches du fait de cette censure, il est prévu de pénaliser toute entreprise qui choisirait un prestataire non recommandé au moyen d’une fiscalité discriminatoire !

Rétablir la concurrence !
Le Sénat a largement rejeté ce dispositif inique, mais le gouvernement s’obstine, encouragé en coulisses par de nombreuses parties prenantes, à l’exception notable du Medef.Le leadership a également un coté plus abstrait.Or, depuis 2009, le parti républicain fait face à une radicalisation de son aile droite.Mais un trop fort ralentissement serait très risqué : en dessous de 7 %, les investisseurs commenceront à s’inquiéter de voir les campagnes s’agiter.Cette expérience servira peut être d’avertisseur pour les dirigeants de ces pays.L’accord de facilitation des échanges va donc surtout profiter à ces multinationales et au secteur privé, alors que sa mise en œuvre va terriblement peser sur les budgets des pays les plus pauvres.Baignez-vous dans les eaux bienfaitrices des eaux du geyser refroidies avant de redescendre vers des zones plus hospitalières.Les voici : le centralisme, l’absolutisme, la révolution, le mépris du capitalisme et, pour finir en beauté, « la surestimation de soi.