Les Britanniques, pionniers de l’évolution européenne?

Mais aussi de faire évoluer les pratiques au sein des entreprises participantes, voire au-delà. Jolie preuve qu’à faire circuler ainsi la parole des femmes de manière inédite, on ouvre les portes d’une réflexion partagée et d’un dialogue féconds.Ainsi prend-on pour une idée convenue que le temps de travail est moins générateur de bien-être que le temps de loisir.Les réformes de 2003-2005 ont sérieusement entamé les budgets consacrés à l’investissement (public et privé), aux dépenses en recherche et développement et à l’éducation.Cela souligne l’importance de l’accord sur la facilitation des échanges qui est en train de se négocier à l’OMC et pourquoi l’OMC est engagé dans les actions liées à l’Aide pour le Commerce afin de soutenir les efforts déployés par ces économies à surmonter ces obstacles.L’allocation gratuite de quotas de carbone est prévue pour cela : rendre la baisse des émissions moins coûteuse, sans pour autant en supprimer l’obligation.L’individualisation devrait obligatoirement s’accompagner d’une forte augmentation des prestations en faveur des enfants (en particulier des familles nombreuses).Même chez les plus chauds partisans du libre-échange, un tel mécanisme parajudiciaire suscite un certain scepticisme.Il apparaît de plus en plus dans l’opinion publique l’idée que l’euro est peut-être à l’origine de ces difficultés nous confie e-réputation.La question qui se pose dès maintenant aux constructeurs est la suivante : seront-ils simples fournisseurs de données brutes que d’autres sauront valoriser ? Ou sauront-ils – par leur capacité à collecter, traiter, enrichir en permanence les données – faire de la data un moteur de création de valeur durable, pour eux et pour leur clients ? De la réponse à cette question simple, dépendra le partage de valeur de ce nouveau Capital Data en création pour le secteur automobile.L’article se veut plus profond.En la déclarant générale et disproportionnée, la loi suprême française sacrifie le social au marché alors que l’Union Européenne, présentée habituellement comme esclave de la finance, invite les États membres à promouvoir un degré élevé de protection sociale !.La Commission européenne travaille sur la « réglementation intelligente », et elle vient de sortir un premier document listant un certain nombre de règlements et directives qu’il faudrait annuler ou alléger.

Advertisements