Les croque-morts

Une tâche particulièrement périlleuse au vu du découpage de ce dernier en trois projets distincts, somme toute déconnectés les uns des autres.Or tout procède de cette masse de dépenses, et d’abord l’ajustement des prélèvements obligatoires décidé pour atteindre un niveau de déficit à peu près supportable par les créanciers et l’Union européenne… Ne parler que du PLF, omettre le PLFSSL’autre tour de force de cette saison budgétaire et automnale consiste à ne parler, pour l’essentiel, que du budget de l’Etat.En effet, alors que dans un contexte habituel et en présence d’un taux officiel (à titre d’exemple) de 1% et d’une inflation de 2%, le taux d’intérêt réel serait négatif de 1%.Dans le travail engagé pour offrir un nouveau pacte de croissance à la Bretagne, il serait donc illusoire de compter sur le rétablissement des aides européennes.Comment oser aimer quelque chose que les autres n’aimeraient pas ? D’autant plus essentiel que développer sa confiance en soi consiste justement pour chaque individu à établir son socle de préférences personnelles.Un philosophe qui ne passe pas à la télévisionRationaliste Vincent Descombes l’est.Un héritage des temps où les syndicats étaient en position de force et qui est devenu un facteur de « rigidité » fatal à la compétitivité, assurent les experts de la Commission européenne.Premier point : la France a connu une des périodes les plus prospères de son histoire entre 1871 et 1914, période où elle avait un des régimes parlementaires les plus instables du monde.D’abord, il y a la clarté du propos, sans jargon.La France est l’un des pays au monde les plus redistributifsD’autres proposent de répartir plus équitablement la charge fiscale entre revenus du travail et du capital et d’augmenter le caractère redistributif de la fiscalité.Démesurément pour certains d’entre eux, avec en retour une détérioration accentuée de leur niveau d’endettement pour les années à venir.Arnaud de Lummen apporta son énergie à soutenir ce projet.

Advertisements