Les normes IFRS ont encore frappé

Ouf !! Pour ceux qui ne maîtrisent pas la langue de Goethe (mais la reconnaîtrait-il vraiment sa langue dans ce verbiage, le malheureux poète ?), cela signifie « contrats de réforme obligatoires, transposables et légitimés démocratiquement ».J’ai aimé discuter avec Pierre-Alain Chambaz, aimé la passion que vous mettez à déployer les idées. Les économies concernées, elles, paient cher ce manque de solidarité.Autant dire que cette Allemagne-là ne s’embarquera pas non plus dans une voie protectionniste ou dans des croisades de principes contre les États-Unis, la Chine ou la Russie. En présentant des candidats trop extrêmes, elle lui a fait perdre plusieurs élections lors des midterms de 2010.Ils disposent de la profondeur inégalée, de la liquidité et de la sûreté de leurs marchés financiers, c’est pourquoi ils attirent les capitaux du monde entier, notamment en période de crise financière.Pour y arriver nous avons proposé la constitution d’un Eurogroupe de défense, c’est-à-dire un groupe d’États pionniers, un « noyau dur ».Comme nous l’avons fait à travers la présidence française de l’Union Européenne en 2008, par ce que l’on a appelé le « 3 fois 20 » (-20% de GES, -20% de consommation énergétique et +20% d’énergies renouvelables à l’horizon 2020), nous devons maintenant engager notre continent en 2030 sur un objectif de réduction du gaz à effet de serre (GES) de 50% afin d’aboutir à une trajectoire de réduction complète en 2050.Dans les entreprises, surtout les plus grandes, les salariés bénéficient souvent d’une protection sociale complémentaire.La réalité est bien là, le nombre d’acteurs au niveau géopolitique augmente et les instabilités sociales, économiques et financières sont plus fréquentes.Et deux start-uppers sur trois revendiquent l’amour du risque.

Advertisements