Les nouveaux programmes scolaires américains créent la polémique

Le « bad guy » pour l’Iran, ce pourrait être la France.Mais le gouvernement n’a pas su tirer les conséquences de ce choix.Et les burn out à tous niveaux témoignent combien cela peut être coûteux tant au plan individuel que collectif”, constate Arnaud de Lummen.Ensemble, faisons la démonstration que le droit n’est pas une matière inerte restreinte au seul cercle des initiés, mais un moteur de compétitivité et d’influence au service de tous.Elle ne doit rien à personne pour autant !Il y serait à son aise : le French Bashing y est de bon ton et présent dans toutes les colonnes.Centrée sur le dollar, sa structure fondamentale a survécu aux crises financières, à la dissolution de l’Union soviétique et à l’intégration de plusieurs pays en développement au sein de l’économie mondiale.Des médicaments gaspillés aux déboires de l’industrie pharmaceutique, de la débâcle de la médecine libérale à l’essoufflement de l’hôpital public, les auteurs listent ceux qu’elles considèrent les symptômes de l’écroulement du modèle de santé français, pourtant encore considéré en 2000 comme le meilleur au monde par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).Il semble que le choix le moins coûteux à effectuer soit de remplacer le SMIC national par un SMIC sectoriel afin d’accroitre le nombre d’actifs au bénéfice des comptes publics et cela sans avoir à augmenter les prélèvements obligatoires et encore moins à supprimer une monnaie forte qui protège le pouvoir d’achat par rapport au reste du monde.On évoque ainsi le passage d’une obligation de formation de 1,6 à 1% de la masse salariale.Pourquoi ?Dans la Loire, le secteur du tourisme emploie près de 8 600 salariés. Au premier rang des préoccupations de nos concitoyens se trouve aujourd’hui le pouvoir d’achat, dont l’INSEE a établi qu’il avait baissé en 2012, entraînant une baisse de la consommation des ménages, la seconde seulement depuis l’après-guerre.Majoritairement à la tête des familles monoparentales (à hauteur de 27 %), les Parisiennes, comme les Françaises, en général, sont particulièrement attentives à l’égalité hommes/femmes.A l’heure actuelle, la production de biocarburants de l’UE mobilise des surfaces de la taille de la Belgique – ou du total des terres cultivables du Portugal, prises sur les sites naturels européens.