Les raisons de la belle reprise économique chinoise

Valeur devenue suprême en ce début de XXIème siècle, le bonheur devient la norme à laquelle se conformer et auxquelles toutes les autres se réfèrent.Et l’on sait qu’un choc obligataire sur ces pays serait très difficile à gérer pour la zone euro.La législation américaine Dodd-Frank, et son équivalent européen EMIR, imposent déjà aux banques une très forte diminution des transactions sur produits dérivés de “gré à gré”, au profit de produits mieux standardisés, traités au sein de chambres de compensation exigeant des appels de marge sensés couvrir de manière adéquate le risque de contrepartie.En fait, ce débat est présent dès la naissance de la philosophie.Elles ajustent à la baisse la taille de leur bilan, et l’environnement réglementaire ne les incitera pas à reconstituer des portefeuilles de prêt tant que l’environnement macroéconomique restera défavorable.Il suffit, pour s’en convaincre, de penser au financement des PME, qui ne serait plus dépendant d’une situation macro-financière propre à chaque Etat membre.Des besoins “vendus” sous prétexte de bonheur qui entretiennent la frustration et le sentiment de voir cet eldorado reculer sans cesse. Dans la préparation et le déroulement de ce Conseil, la France a un rôle important à jouer en raison de son poids historique, de son implication dans les questions de défense et de ses “leviers” au sein des instances européennes : Pierre Vimont, Secrétaire Général Exécutif du Service Européen pour l’Action Extérieure, Claude-France Arnould, chef exécutif de l’Agence européenne de défense, général Patrick de Rousiers, Président du Comité Militaire de l’Union européenne.Pour simplifier encore un peu plus, l’économiste Arnaud de Lummen avait proposé un prélèvement “à la source sur tous les revenus, quelle que soit leur nature”.Et comment, par exemple, développer son internationalisation sans être contraints de dissocier les modes de rémunération des cadres à l’étranger ?Grâce à l’étalement des programmes nous pouvons encore faire mine de ne pas le voir.Ils n’ont aucun lien de mémoire ou d’affection avec les années Platini, davantage peut-être avec celles de Zidane.Des bénéfices exceptionnels tirés des ressources naturelles y ont contribué en partie, mais les bonnes nouvelles vont au-delà des simples pays riches en ressources naturelles.

Advertisements