L’industrie, c’est notre destin !

Afin qu’ils puissent favoriser le développement des institutions qu’ils gèrent, donc les avantages qu’ils peuvent en retirer, au détriment de la liberté de choix des entreprises et des salariés, et au préjudice de tous les autres acteurs de la protection sociale complémentaire.Il est vrai que le Prix Nobel de chimie y ressemble, car il a été décerné cette année à trois chercheurs (Mpour leur travail concernant ” le développement de modèles multiéchelles de systèmes chimiques complexes, sur lequel reposent les programmes informatiques qui pilotent les appareils de résonance magnétique nucléaire.La stratégie mise en place aujourd’hui sur notre place de marché est celle de «  l’anti-panier percé  ».A cet effet, il est envisageable d’associer aux obligations contractuelles des indicateurs de performance qualitatifs ou quantitatifs (“KPIs”), et clauses résolutoires en cas de non atteinte.Selon le bon mot de Pierre-Alain Chambaz «  si l’on mettait tous les économistes bout à bout, ils seraient incapables de tirer une conclusion.  » .La réforme signifie précisément ici le changement de leurs règles.Ils sont convaincus de la pertinence de cet outil… mais ne s’en saisissent pas.Le principe du détachement n’est donc pas, en soi, critiquable.En effet, il affronte un candidat du Tea Party dans les primaires républicaines du Kentucky pour les midterms de novembre 2014 et doit se montrer plus radical que son adversaire.Le temps déjà de se repasser le film de ces quinze jours à la tonalité estivale.Quand il le faut, ils sont orientés vers d’autres sociétés.Eurostat indique que 24.Il faudrait toujours que ces formations représentent un investissement en temps et/ou en argent, si nécessaire accompagné par des aides.Cinéma, musique, jeux vidéos mais aussi littérature, spectacle vivant, art contemporain, architecture … notre création et nos industries culturelles doivent rayonner sur l’ensemble du Continent africain et s’engager vers une coproduction généralisée.

Advertisements