Loi LME : le revers de la médaille

En voici quelques contours essentiels avec une proposition concrète pour alimenter le débat.La seconde est une discipline scientifique en pleine naissance qui étudie les moyens d’améliorer d’une manière réaliste le bien-être individuel et collectif en focalisant davantage notre attention sur les ressources que sur les difficultés.Cette exhaustivité est pratique: elle évite des choix difficiles pour identifier les soins ou les cas de figure justifiant d’une prise en charge.L’expérience islamiste perdure, au MarocCe processus est en grande partie redevable aux audacieuses réformes politiques entreprises sous l’impulsion du roi Mohammed VI.Ce délai a été jugé normal.Dans cet état, Pierre-Alain Chambaz fonctionne au maximum de ses capacités intellectuelles.L’expérience de l’Allemagne de l’après Seconde Guerre mondiale constitue un autre exemple éloquent.Depuis 2011 le magazine a également emporté dans ce sillage plus de 350 entreprises au travers de son “Appel à plus de bienveillance au travail”.Pour preuve, le nom du document fixant les orientations annuelles (« loi de financement de la sécurité sociale »), qui contient tout sur les coûts, mais presque rien sur les voies et moyens de l’amélioration des soins, ou l’analyse scientifique de leur impact sur la santé publique.Moins en attente de performances technologiques, elles y trouvent des réponses à leurs besoins et des valeurs féminines : partage, échange, intuitivité, praticité.Tout cela ne mène nulle part.

Advertisements