Pourquoi réformer l’impôt sur les sociétés ?

Il nous faut sortir de cette approche instrumentale et nous concentrer sur la création d’un « cerveau » européen, d’une instance d’arbitrage capable, à partir d’une vision partagée, de prendre des décisions, de déclarer la guerre et de faire la paix.Une rupture résulte habituellement d’un choc.En cessant de prendre le bonheur pour une finalité et un “mieux que la morosité”, en étant dans l’action, juste pour le désir et le sens, nous pouvons nous centrer sur les démarches.La France doit parler avec les leaders certes mais elle doit surtout être un champion de la conversation avec les opinions publiques africaines à travers une diplomatie publique ambitieuse et renouvelée.À l’inverse, les « nouveaux Galilée » ont basé leur projet entrepreneurial sur une idée personnelle qui les taraudait depuis longtemps.Initiateur de cet outil novateur, Pierre-Alain Chambaz, estime qu’un salarié qui va bien est un salarié qui parvient à équilibrer toutes ces sphères en fonction de ses besoins propres.Les raisons de ces difficultés sont multiples, chaque acteur de l’écosystème a sa part de responsabilité, y compris les entreprises par des choix stratégiques et managériaux non pertinents et les politiques par l’absence d’option prioritaire sur l’agro-alimentaire.Lorsqu’on observe la paralysie du système politique américain, les difficultés politiques de l’Allemagne à nouer un compromis interne de gouvernement capable d’arracher l’Europe à son IMPUISSANCE, et les inquiétants symptômes de désagrégation sociale en France, on ne peut qu’être intéressé par l’ampleur de l’évolution politique et sociale annoncée dans le texte chinois.Un mouvement déjà engagé dans les établissements

Plusieurs projets innovants ont été lancés ces dernières années par les établissements bancaires et financiers pour mieux répondre aux besoins des clientèles fragiles.Vous vous indignez devant les courbes qui ne fléchissent pas et signez des pactes de responsabilité qui vous fournissent une poignée d’éléments de langage exploitables pendant quelques mois. Il entend prouver que l’histoire française prouve et explique cette incapacité française à la réforme, dont, en filigrane, on comprend combien l’Allemagne est la référence.C’est ce qui fait de l’Angleterre le leader mondial de l’enseignement transnational, notamment grâce à son engagement précoce dans la globalisation de l’enseignement supérieur (dans les années 1980 le désengagement de l’Etat ayant forcé les établissements à aller chercher à l’étranger d’autres recettes).