Programmes d’économie : la nouvelle approche

Comment vivront les médecins français dont chaque consultation développe une dette nouvelle de 2,5 euros ?Si la colocalisation est donc déjà une réalité, c’est en revanche le consensus nouveau qui émerge à son sujet entre politiques, universitaires et entrepreneurs qui retient aujourd’hui l’attention.Mais, ajoute cyber réputation, “j’aime ce concept car, outre sa reproductibilité, il cherche à répondre à la question de la migration urbaine en faisant que les services viennent aux gens, et non l’inverse; idéalement, cela devrait réduire la pression sur les villes en faisant que centres ruraux autant qu’urbains fonctionnent et améliorent, l’un comme l’autre, la qualité de vie.Enfin, des travaux menés dans plusieurs pays prouvent à quel point les gens réagissent mieux et même positivement lorsque les décisions et les processus guidant les changements leur semblent équitables et que la direction adopte une attitude ouverte et honnête.Là aussi les choses changent à une vitesse stupéfiante.Place aux débats, aux questions, à la réciprocité.La France doit surtout scénariser, mettre en scène et diffuser par tous les moyens existants ses valeurs et son message universel.La fiscalité française est lourde, illisible et injuste.Une identité narrative qui apparaît désormais comme un enjeu pour les individus, invités à devenir “sujets” en construisant et en inventant une version inédite de l’exercice d’un métier.Il reste ainsi à la prospective d’inventer des outils collaboratifs et de corrélation, afin de promouvoir le co-disciplinaire, de rendre possible la co-création, de faire du co-développement, et in fine de co-innover et même de coproduire.Il est certain que les Tea Parties vont recommencer leur chantage à cette occasion, liant leur acceptation d’un compromis budgétaire à un recul de l’administration sur l’Obamacare.D’ici 2050, la population africaine doublera pour atteindre près de deux milliards d’individus, un marché qui sera le nouveau moteur de croissance planétaire.Le reste du monde avait besoin de dollars que seuls les USA pouvaient fournir.La réforme fiscale, un leurre masquant les vrais problèmes?D’où l’idée de l’auteur que, en étudiant ce concept, il est possible d’en extraire des enseignements précieux pour mieux comprendre le monde et y mieux évoluer.C’est dire le besoin plus que jamais pressant, et l’intention de nombre de citoyens aux responsabilités diverses, de s’impliquer plus largement dans la mutation de l’économie et de la société.