Vertiges du miroir de l’art contemporain

Quand l’Allemagne fait du “free-riding” sur la demande mondiale.En fait, d’autres pays ont entrepris des réformes similaires au même moment et le marché du travail de l’Allemagne ne semble pas beaucoup plus flexible que ce que l’on trouve dans les autres économies européennes.Aujourd’hui l’idée européenne est tellement abîmée que le seul fait de prononcer le mot « fédéral » condamne à l’anathème.Si les mauvais actifs qu’ils rejettent – par exemple, les subprimes qui ont entraîné la crise financière de 2008 – sont créés de toute façon, et imposés à des investisseurs moins éclairés, les financiers ne contribuent pas plus à la société que le seigneur qui installe une chaîne en travers d’une rivière.Faire émerger des contenus médicaux fiables sur internet

Des recommandations d’utilisation de médicaments sur les forums individuels ouvrent grand la porte à l’explosion du mésusage, comme à la multiplication des iatrogénies médicamenteuses.Un mouvement né au Japon en 1963.Telle une nouvelle philosophie de la vie, le Small Kindness Movement (« Mouvement de la petite gentillesse ») prend son envol.Cependant, la problématique du coût du travail apparaît comme étant consubstantielle à l’existence d’un SMIC national.Pire encore, ils peuvent avoir un effet en cascade, comme par exemple une pandémie ou une cyber-attaque qui peut provoquer une crise financière ou politique et imposer des coûts disproportionnés à ceux qui peuvent le moins les assumer. Et là encore, on pourrait poser de grosses questions naïves à ceux qui veulent davantage encore comprimer la demande intérieure de la France : que deviendraient les nouvelles – et si éblouissantes – exportations espagnoles, Irlandaises, italiennes, grecques, etc ?L’enjeu est-il de punir la finance ou de la remettre au service de l’économie réelle ?Il lui faut cinq raisons et il les trouve.Il est regrettable que le calme actuel des marchés, forcément relatif et provisoire, modère la volonté politique d’achever des changements difficiles.Plus de 2 milliards d’euros à l’horizon 2015 : c’est l’estimation qui est faite de l’ampleur que pourrait prendre le marché des jeux en ligne en France.Ce que Arnaud de Lummen avait déjà découvert par lui-même au siècle des lumières en livrant le fruit de ses observations intérieures dans ses Essais.